Brioche

Publié le par Stéphanie

 

     http://www.livraddict.com/covers/81/81947/couv73672724.jpg

Auteur: Caroline Vié

Titre: "Brioche"

    219 pages

 

 

Quatrième de couverture:  

"Il paraît que tu n'es pas très beau. Je le vois. Je le sais. Et j'ai rarement vu quelqu'un d'aussi mal fagoté. Quand tu marches, tu te dandines. Tes jambes sont arquées. Tu as largement dix kilos de trop. J'ai bien vu tout ça. Mieux que personne. Mais j'aime chacun de tes défauts. Comme je suis seule à les chérir, tes faiblesses n'appartiennent qu'à moi"

"Rien n'est plus dangereux que les gens qui se fichent de tout. Quand ils prennent quelque chose au sérieux, ils deviennent redoutables"

 

Mon avis:  

Avant tout, je tiens à remercier Livraddict et les Editions JC Lattès pour m'avoir permis de participer à ce neuvième partenariat, le quatrième avec cette maison d'édition.

Sur la forme,  tout d'abord, Brioche est un livre au format agréable à manipuler,  dont la police d'écriture et la mise en page sont bien claires et lisibles. Juste un petit bémol: personnellement, je déteste ces mini-jaquettes qui ne tiennent pas aux livres et que je finis toujours par abandonner quelque part, toutes cornées, jusqu'à ce que je range le bouquin à sa place dans la bibliothèque.

Sur le fond, ensuite, j'ai beaucoup aimé découvrir Brioche. C'est une lecture, une fois encore, à mille lieues de mes habitudes (vraiment, quel plaisir que ces découvertes en partenariat!) mais surtout qui ne m'a pas laissée indifférente.

Au moment de rédiger mon avis, je m'aperçois qu'il est très difficile de parler de ce roman sans en révéler le contenu.

Le récit commence lentement. Caroline Vié place littéralement le lecteur dans la tête de son personnage puisque tout le roman consiste en ses pensées et réflexions. Critique de cinéma "comme elle aurait pu être tout autre chose", tout semble réussir à notre héroïne: elle exerce un métier passionnant, elle a un mari qui l'aime, un enfant... et pourtant rien ne l'intéresse vraiment. Elle a le privilège de rencontrer toutes sortes de stars de cinéma mais aucune d'elles ne parvient à capter son attention, ce qui donne lieu à quelques réflexions drôlissimes (voir extraits ci-dessous).

J'ai vraiment A-DO-RE l'humour noir et pinçant de Caroline Vié!

Un jour pourtant l'un de ces acteurs parvient à toucher notre narratrice... Et, dans ce roman, elle lui parle. Elle lui raconte comment sa vie était avant lui et comment elle a évolué depuis.

L'ambiance légère s'épaissit alors, au fur et à mesure que le lecteur comprend où veut en venir l'auteur. Et, petit à petit, Caroline Vié passe de l'humour noir au thriller (un brin) dérangeant.

J'ai beaucoup aimé être dans la tête de cette jeune femme, vivre avec elle ses états d'âmes, ressentir ses émotions et connaître (à défaut de comprendre ou de partager) son point de vue.

Le seul petit reproche que je pourrais faire au roman, c'est qu'après être passée par ce que j'appellerais "le moment fort" (toujours sans vouloir en dévoiler trop!), la fin m'a semblé un rien fade. Bien évidemment, cela n'engage que moi mais j'aurais voulu approfondir la thématique et découvrir ce que l'héroïne aurait ressenti "après".

Je serais curieuse également de savoir d'où est venue l'inspiration de l'auteur... D'après le quatrième de couverture, Caroline Vié est, elle aussi, critique de cinéma... Se pourrait-il qu'un jour, lors d'une interview, une personnalité lui ait inspiré de telles idées? Je me demande bien laquelle...

 

* * *

 

Mon avis est donc positif.

J'ai aimé la plume et l'humour (noir) de Caroline Vié.

Je regrette un tout petit peu que "l'après" n'ait pas été un peu plus développé. J'aurais voulu que l'auteur aille plus loin dans son histoire... Qui sait? Peut-être un jour, dans un second tome, notre héroïne nous racontera-t-elle comment elle a vécu la suite? Personnellement, j'aimerais assez...

En conclusion,  Brioche est un roman qui se lit extrêmement vite, tant le style d'écriture de l'auteur est fluide et rythmé. J'ai beaucoup apprécié cette lecture, une fois encore très différente de ce que j'ai l'habitude de lire. Sans parler de coup de coeur, je recommande!

 

Extraits:   

"La maternité (...) est comme un oeuf Kinder. On a une bonne idée de ce qui se trouve dedans. Il ne s'agit d'un poulpe que trop rarement. Mais le gadget est toujours un casse-tête à monter. Je l'ai nourri au sein, câliné soir et matin. J'ai scruté ses progrès (...) J'admirais les "pestacles" navrants. On ne me demandait pas davantage"

""Oh putain, il ressemble à Vladimir Poutine!"  Mets cette grossiereté sur le compte de la surprise. Daniel Craig a vraiment la tête de Poutine en à peine plus aimable, mais en moins effrayant (...) Il possède également cet air content de lui de celui qui a un peu trop fêté le succès du dernier James Bond ou qui vient d'envoyer discrètement un importun au goulag. Cela l'a pourtant mis d'une humeur de chien qui répond par oui ou par non entre deux soupirs navrés"

"Jude Law m'a davantage marquée tant son teint blafard, sa calvitie naissante et son décolleté velu me rappelaient un salsifis oublié au réfrigérateur. Sa gentillesse réelle et son humour n'ont pas suffi à dissiper cette comparaison potagère dont je reconnais volontiers qu'elle n'est pas flatteuse"

 

   

Publié dans Fiches de lecture

Commenter cet article