Les Aventures d'Erica Falck 1 - La Princesse des Glaces

     http://img.livraddict.com/covers/0/339/couv13199727.jpg

 

Auteur: Camilla Läckberg

 

Titre: "La Princesse des Glaces"

 

382 pages

 

 

 

Quatrième de couverture:  

 

"Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies, installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d'une amie d'enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d'eau gelée. Impliquée malgré elle dans l'enquête (à moins qu'une certaine tendance naturelle à fouiller la  vie des autres ne soit ici à l'oeuvre), Erica se convainc très vite qu'il ne s'agit pas d'un suicide. Sur ce point - et sur beaucoup d'autres -, l'inspecteur Patrick Hedström, amoureux transi, la rejoint.

A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge dans les strates d'une petite société provinciale qu'elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d'autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d'un peintre clochard - autre mise en scène de suicide.

Au-delà d'une maîtrise évidente des règles de l'enquête et de ses rebondissements, Camilla Läckberg sait à merveille croquer des personnages complexes et - tout à fait dans la ligne de créateurs comme Simenon ou Chabrol - disséquer une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu'on ne le pense"

 

 

Mon avis:  

 

Voilà donc un roman qui m'a été offert par une amie qui, sachant que j'avais adoré la saga Millénium, s'est renseignée auprès de la libraire pour trouver un roman qui soit dans la même lignée.

 

Excellente intention... mais était-ce possible?

 

Et bien oui!!!

 

La Princesse des Glaces n'aurait pas à rougir devant Stieg Larsson (auteur de la saga Millénium).

 

Qu'est-ce qui fait un bon polar? Pour moi, c'est une enquête bien menée, cohérente et qui ne révèle pas le dénouement avant la fin du roman. Si, en plus, l'auteur prend la peine de vous faire partager les pensées de ses personnages, que demander de plus?

 

Dans La Princesse des Glaces, Camilla Läckberg écrit dans un style fluide, agréable à lire, avec beaucoup de détails (mais pas trop!); elle change de peau au fil des chapitres et endosse le rôle de chacun de ses personnages, nous permettant ainsi de découvrir le vécu et le ressenti de tous les protagonistes. L'aspect psychologique est très développé et rend le roman d'autant plus passionnant.

 

On s'intéresse essentiellement à la vie d'Erica: sa vie sentimentale, sa vie familiale, sa vie professionnelle... Mais absolument tout dans ce roman est fascinant!

 

Le dénouement est logique et cohérent avec le reste de l'histoire, pas du tout abracadabrant! Comme l'inspecteur qui mène l'enquête, on a l'impression jusqu'au bout que la solution est là, sous nos yeux, mais qu'on ne la perçoit pas. Et, lorsqu'enfin, la lumière se fait, on se dit "Bon sang! Evidemment!".

 

Pour moi, c'est ça un bon roman policier!

 

Et franchement, dans le cas de La Princesse des Glaces, je parlerais plutôt d'excellent roman policier! Je vous le recommande.

 

Je sais que Camilla Läckberg a déjà écrit 4 aventures complémentaires dont l'héroïne est Erica Falck. Nul doute que je les dévorerai toutes...

 

 

Extraits:  

 

"Maintenant, une tranquilité paisible planait sur le petit bourg et elle pouvait presque imaginer qu'il dormait. En même temps, elle savait que c'était une tranquilité trompeuse. Ici comme partout ailleurs, les facettes malveillantes des hommes étaient à l'affût sous la surface. Elle en avait vu pas mal à Stockholm, mais Erica se disait qu'ici cela devenait peut-être plus dangereux. La haine, la jalousie, l'avidité et la vengeance, tout était enfoui sous un seul grand couvercle produit par le qu'en dira-t-on? Toute la vilenie, la petitesse et la méchanceté fermentaient en toute quiétude sous une façade qui se devait d'être toujours impeccable. Là, sur les rochers de Badholmen, en train de regarder le petit bourg couvert de neige, Erica se demanda quels secrets y couvaient"

 

"Un instant, il s'autorisa à s'envoler en pensées, loin du présent vers un passé qui lui paraissait si lointain. Il regarda autour de lui dans le séjour avec quelque chose qui tenait de l'aversion. Avec quelle facilité ils avaient cédé à la tentation! On pouvait presque sentir l'odeur de l'argent du crime"