Ils diront d'elle

 

null

 

Auteur: Fanny Brucker

 

Titre: "Ils diront d'elle"

 

268 pages

 

 

 

Quatrième de couverture:  

 

"Chaque année, Estelle redoute l'approche de Noël et la traditionnelle fête qui réunit sa famille autour des mêmes plats, des mêmes questions, des mêmes petites réflexions qui blessent ou qui amusent. Estelle trouve toujours de bonnes excuses pour y échapper et continuer à mener sa vie comme elle l'entend. Car Estelle vit avec Vanessa, et cette relation, pense-t-elle, ne regarde qu'elles.

Pourtant, cette année est différente: pour la première fois, Estelle souhaite retrouver les siens. Elle s'interroge sur sa vie, cet amour, ses choix. Mais comment avouer ses doutes? Et surtout, comment les faire partager alors qu'on a passé sa vie à prétendre qu'on se sentait libre et heureuse?

Un roman très émouvant et tendre sur les choix d'une femme, le poids de l'enfance et l'exemple des parents qui marquent une vie"

 

 

Mon avis:  

 

Avant tout, je tiens à remercier Livraddict et les Editions JC Lattès pour m'avoir permis de participer à ce tout premier partenariat. J'ai ainsi eu le plaisir de découvrir un roman très différent de ce que j'ai l'habitude de lire.

 

Ce que j'en ai pensé à présent.

 

Sur la forme, tout d'abord, j'ai trouvé la couverture très élégante et très révélatrice du contenu du roman. Deux jeunes femmes qui se tournent le dos; l'une semble chercher l'autre du regard tandis que la deuxième semble regarder au loin.

 

La ponctuation - ou plutôt le manque de ponctuation! - m'a fortement gênée! Les formulations de phrases sont souvent un peu lourdes et, à plusieurs reprises, il m'a fallu relire un passage pour en saisir la tournure! Je pense vraiment que quelques virgules ou guillemets en plus n'auraient pas été du luxe!

 

Sur le fond, ensuite: Ils diront d'elle est un roman essentiellement psychologique. Il n'y a pas vraiment d'action. Le titre (verbe au futur) laisse présager une évolution alors qu'en réalité, tout est essentiellement basé sur le passé d'Estelle, le personnage principal. Je dirais que 2/3 du roman relatent le passé d'Estelle, 1/6 le passé de Vanessa, sa compagne, et 1/6 (la fin) est tourné vers le présent et l'avenir.

 

J'ai néanmoins apprécié découvrir l'histoire de ces deux femmes hors du commun.

 

Vanessa a tout fait pour fuir le monde d'où elle vient car elle a l'impression de ne pas y appartenir. Tout est caricatural: sa famille qui lui fait honte et, à l'opposé, son côté artiste qui rejette tout en bloc.

 

Estelle, quant à elle, a fui son passé, trop douloureux. Son père est parti et n'a jamais cherché à la revoir. Sa mère s'est complètement emparée d'elle et a tout fait pour qu'Estelle ne voie plus et ne vive plus que pour elle. Ses frères et soeurs, bien plus âgés, avaient tous quitté la maison et semblent ne s'être aperçus de rien.

 

Estelle se sent coupable: elle a échoué dans sa mission de garder ses parents unis. Alors, en réaction, elle a décidé de tourner le dos aux hommes.

 

Voilà une idée véhiculée par Ils diront d'elle qui m'a fortement dérangée. Ce roman que j'aurais cru traiter essentiellement de l'homosexualité ne l'aborde finalement qu'en surface. Au final, on en sort avec l'impression qu'on "devient" homosexuel pour contrarier les gens - des parents ultra traditionnalistes ou un père absent, par exemple -, un peu comme si on ne pouvait pas tout simplement "être" homosexuel, sans avoir à chercher de justification...

 

Mon avis est donc mitigé.

 

J'ai aimé le côté psychologique et le souci du détail dont a fait preuve Fanny Brucker: une fois le roman terminé, on a presque l'impression de connaître Estelle personnellement et qu'on pourrait à la limite la croiser dans la rue. J'ai souri également des parents caricaturés et caricaturaux de Vanessa.

 

Par contre, j'ai moins apprécié le style parfois trop lourd d'écriture et la manière de traiter le sujet de l'homosexualité.

 

En conclusion, Ils diront d'elle est un roman que je suis contente d'avoir découvert mais que je ne conseillerais pas forcément.

 

 

Extraits:  

 

"On dirait que mon corps s'est androgynisé à force de chercher à quoi ou à qui ressembler. A force, surtout, d'attendre que tu me regardes. Voulais-tu une fille ou un garçon? Vous aviez deux de chaque. Quelle idée de briser si parfaite harmonie. Peu devait importer de quel sexe je naîtrais. Vous m'avez appelée Estelle. Est-elle? Une fille ou un garçon?

Tu m'appelais petit ange. Les anges n'ont pas de sexe"

 

"Mais avant que ça devienne la faute de son père parce qu'il ne s'était encore rien passé, elle l'avait attendu, guetté, elle avait espéré".